Vous êtes ici

La disponibilité des produits de la mer

Les espèces marines sont bel et bien présentes dans l’océan toute l’année. Cependant, il existe, des périodes de « Disponibilité des produits de la mer » qui dépendent de divers facteurs :

mer

1.    LE CYCLE DE VIE ET DE DÉPLACEMENT DES ESPÈCES

À certaines périodes de l’année, les individus d’une même espèce se réunissent et sont plus accessibles à la pêche.

  • Les zones de reproduction : attention, cette pratique est uniquement possible lorsque la ressource se porte bien.

Ex. Maigre dans l’estuaire de la Gironde ou, l’anchois qui se reproduit le long de la côte nord-ouest de la Méditerranée formant des bancs de surface.

  • Les nourriceries : zones où les plus jeunes se rassemblent pour optimiser leur croissance. 

Ex. nourriceries côtières estuariennes du Golfe de Gascogne.

  • Zones de croissance : zones où les individus matures se concentrent pour se nourrir et reconstituer leurs stocks énergétiques avant la période de reproduction.
  • Le circuit migratoire : mène certaines espèces près de zones les rendant plus accessibles à la pêche.

Ex. espèces pélagiques qui suivent leurs proies et se rapprochent de zones accessibles : thon germon, qui se rapproche des côtes Atlantiques Nord Est françaises en été.

pêcheur

2.    LA RÉGLEMENTATION ET LES DROITS DE PÊCHE

La pêche est une activité très encadrée en France.

L’Europe, la France ou encore les structures professionnelles, instaurent des règles pouvant limiter les périodes de pêche, zones de pêche, tailles minimales etc.

  • Les périodes et les temps de pêche autorisés

Ex. Coquille Saint Jacques de Saint Brieuc, pêchée d’Octobre à Mai, 45 min par jour autorisé.

  • La disponibilité des quotas de pêche, mesures de gestion limitant les captures annuelles de la plupart des espèces commerciales. La gestion par quotas limite la quantité annuelle pêché et donc disponible sur le marché, d’une espèce. En cas de consommation trop rapide d’un quota, l’espèce concernée ne sera plus disponible en fin de periode d'autorisation de pêche, car les pêcheurs n’auront plus le droit de la pêcher.
  • Les autorisations et interdictions de pêche spécifiques à chaque espèce.

Ex. l’interdiction de chalutage en eaux profondes de plus de 800m ou encore, l’interdiction d’exploiter une espèce avec certaines techniques de pêche – chalut pour la pêche au sabre, grenadier

Casiers

3.    LA RÉGLEMENTATION SANITAIRE 

Certaines zones et espèces peuvent être ponctuellement interdites à la pêche pour cause de contaminations diverses, rendant les produits impropres à la consommation humaine.

Ces contaminations peuvent être d’origine humaine, comme les pollutions chimiques telles que les pollutions aux « PCB » (polychlorobiphényles) ou métaux lourds, ou encore, les pollutions biologiques, comme les contaminations par bactérie E. coli, dans le cas d’une surverse d’eaux usées.

Ces contaminations peuvent aussi être naturelles : des algues peuvent apparaître dans les zones de pêche à certains moments de l’année, sous certaines conditions particulières, et produire des phycotoxines.

Ex. L’interdiction de pêcher la sardine en Baie de Seine pour cause de présence de PCB.Ou encore, l’Interdiction de pêcher certains coquillages filtreurs en cas de pollution à E. coli ou présence d’algues du genre Dinophysis.

Poissons

4.    LA DEMANDE DES CONSOMMATEURS ou SAISONNALITÉ DE CONSOMMATION 

Les consommateurs influencent aussi la disponibilité des produits sur les étals, notamment lors de périodes festives (ex. fêtes de fin d’année) ou à des occasions de consommation saisonnières.

  • Dates festives : demande importante de crustacés et de produits de la mer haut-de-gamme.

Ex : homard, langouste, coquille Saint-Jacques etc.

  • Printemps/Été : demande de produits adaptés aux cuissons au barbecue ou à la plancha, préparation de ceviches et de tartares ainsi que de plateaux de fruits de mer.

Ex : sardines, moules, crevettes, langoustines, dorade grise, homard, seiche, calamar, maquereau etc.

  • Automne/Hiver : consommation de plats chauds, consistants et énergétiques comme les espèces appréciées en soupes, ragouts, blanquettes, pot au feu ou poissons entiers au four.

Ex : lotte, grondin rouge, congre, roussette etc.

Bateau

5.    LES ALÉAS

La disponibilité des espèces sur les étals peut aussi être conditionnée par des évènements imprévisibles, contraignant l’accès à la ressource.

  • Météorologiques (intempéries, vents, tempêtes etc.)

-  Restriction de l’accès à la ressource et difficulté de pêcher en toute sécurité  

Ex. Pas de sortie en mer lors des alertes météorologiques

-  Changement comportemental des espèces

Ex. Sole, poisson de fond, remonte de quelques mètres dans la colonne d’eau lors des tempêtes : les pêcheurs ciblant habituellement cette espèce sur le fond marin, n’en trouveront peu ou pas pendant les tempêtes.

  • Climatiques : le changement climatique peut modifier les habitats (température des eaux, teneur en oxygène etc.) et impacter le développement des espèces, qui auront tendance à migrer vers des zones plus adaptées.

Ex. Migration du Sud vers le Nord du Merlu européen en Mer du Nord ou encore du Saint-Pierre en Atlantique Est.

  • Sanitaires et biologiques : leurs effets globaux sur le milieu marin ont pour conséquence un impact sur le développement des espèces marines.

Ex : Le cas des anchois et des sardines de Méditerranée qui s’alimentent en phytoplancton, et qui en raison du développement de phytoplancton de mauvaise qualité sont de moins en moins nombreuses et de plus en plus petites.

  • Socio-économiques : difficultés ou empêchements de pratique de la pêche ou de la vente des espèces liés à des évènement socioéconomiques.

Ex : La baisse des prix de vente des espèces, hausses des cours du pétrole, grèves etc.

En ce moment ...

Une envie ?
Une recette !

À l’aide de notre section recettes, trouvez la recette qui vous convient !

Retour
Seiches à la plancha
Cette semaine

Seiches à la plancha

X