Turbot

Le turbot, c’est la fête ! Ce grand poisson plat s’invite souvent aux repas de famille, où ses 50 cm et 6 kg en moyenne, séduisent les grandes tablées. Sa couleur brune tachetée s’adapte à son environnement et sa bouche munie de dents puissantes lui donnent une moue peu avenante, pas du tout pas à l'image de sa chair particulièrement savoureuse.

Prix : €€€
De Avril à Octobre Voir le calendrier des saisons
Le saviez-vous :
On confond parfois barbue et turbot, mais si la chair de la première est fine, celle du second est un véritable délice !
Conseil
Je le choisis
Je le déguste
Je le garde
Présenté entier sur les étals, le turbot frais doit être bien charnu avec une peau rugueuse et brillante, peau sans écailles remplacées par des protubérances osseuses. Si elle porte encore des traces de limon, tant mieux… Son humidité n’est alors pas due à l’eau de rinçage.
De belle taille, il doit être découpé avant d’être grillé, sauf s’il s’agit d’un turbotin (moins de 2 kg). Evitez les cuissons longues qui dessèchent sa chair. Les filets de ce poisson haut de gamme peuvent être poêlés avec d’autres ingrédients festifs, comme le champagne ou le foie gras.
Le turbot cru se conserve jusqu’à 3 jours au réfrigérateur ou cuit 48 h protégé par un film alimentaire. On peut le garder congelé 3 mois avant de le consommer.
Santé
Apports nutritionnels pour :
100 g
Calories : 122 kcal
Protéines : 21 g
Lipides : 3,8 g
Cholestérol : 62 mg
Phosphore : 165 mg
Nutriments et vitamines
Vitamine B3 : 47%
Vitamine B5 : 13%
Vitamine B6 : 19%
Vitamine B12 : 106%
De la mer à l'assiette
Le turbot est principalement capturé par des chalutiers de fond ou trémailleurs en Manche et en mer Celtique. On le retrouve essentiellement dans les criées du Guilvinec, de Roscoff, Cherbourg et Boulogne-sur-mer.
Le plus
Le plus Pavillon France
Riche en protéines et faible en lipides, le turbot peut aisément remplacer la viande. La turbotière, inspirée de sa forme en losange, s’impose pour pocher le poisson entier à cause de sa taille.